A partir de costumes réalisés avec des matériaux naturels (coquillages, cheveux, plumes) et de corps peints, nous avons exploré un rituel de rencontre, qui se voulait au-delà de l’humain. La relation tissée, suggérée, vécue, perçue, mêlant d’un côté une physicalité proche du Butoh, et de l’autre une physicalité plus proche d’un rite païen, se manifestait sous des processus spirituels plutôt qu’à des codes sociétaux. 
                                     





Parade


Avec Mathilde Fenoll
2017
exposition A CORPS QUEER, aux Grands Voisins, Paris


© Celine Drouin Laroche. Tous droits réservés.